Guides Formation Blog INSCRIPTION CONNEXION

La vaccination est-elle à expliquer aux parents lors d’un remplacement ?

vaccination medecin remplacant

D’après le bulletin de santé publique vaccination d’avril 2019, près de 70% des parents d’enfants non encore en maternelle se déclarent favorables à la vaccination obligatoire.

Cette vaccination obligatoire est valable pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 (voir informations du Ministère des Solidarités et de la Santé). Il est à noter que la nouvelle loi simplifie les relations des pédiatres et des médecins généralistes avec les patients.

Quid du remplaçant médical?

Le remplaçant du pédiatre ou du médecin généraliste est souvent incité à réagir comme son confrère remplacé. Les parents sont en éternelle attente d’informations. Les remplaçants doivent poursuivre le travail pédagogique engagé par le spécialiste qu’il remplace pour rassurer sur la sûreté des vaccins.

Les discussions sur les vaccinations occupent une place importante dans les remplacements en pédiatrie. Les parents deviennent de plus en plus sensibles au bénéfice de la vaccination pour la santé de leurs enfants à 91 % et pour la protection de la collectivité à 87 %.

Nouvelles obligations vaccinales

La diffusion des maladies infectieuses reste un danger tangible, dont les parents prennent conscience. Ce danger, bien expliqué par les pédiatres et les médecins généralistes entraîne une adhésion de 86 % des parents aux nouvelles obligations vaccinales ce qui permettra d’augmenter le nombre de personnes vaccinées en France. La finalité est de réduire les épidémies, réactivées récemment.

Les pédiatres de ville, ou leur remplaçant, sont 99 % à penser que la vaccination est une bonne protection pour les enfants. Ils sont également en accord avec l’extension des obligations vaccinales.

Le remplaçant du pédiatre ou du médecin généraliste devra expliquer aux parents d’enfants nés en 2017 le choix de les faire vacciner contre le méningocoque C.

Toutefois, le remplaçant pédiatre sera confronté, comme son confrère, à 23 % de réticences. Le comportement des médecins généralistes et de leur remplaçant suit de près celui des pédiatres concernant les obligations vaccinales. 75 % de ceux-ci considèrent que l’élargissement des obligations vaccinales est une mesure positive.

En revanche, les médecins généralistes constatent une réticence chez les parents de 45 %. Ce pourcentage reste donc plus élevé chez les parents consultant un médecin généraliste ou son remplaçant pour son enfant.

L’effort de l’éducation pédagogique des parents est à poursuivre aussi bien par les pédiatres et les médecins généralistes ainsi que par leurs remplaçants.

Lire aussi :

Partager

No Comments

Add your comment