Guides Formation Blog INSCRIPTION CONNEXION

Chroniques : COVID-19, on t’aura ! – Les médecins s’en vont en guerre

covid19 chroniques medecin interne reserviste senior hopital

L’anxiété du « on » hospitalier sur le front

Mi-mars 2020
Les dates des jours n’ont plus d’importance : un jour de plus suffit à lui-même

La guerre
Les services s’organisent. Les parcours COVID sont bien fléchés, comme on l’a vu précédemment. Les médecins sont organisés en première et deuxième ligne : comme à la guerre. On dispatche les médecins « chair à canon », les médecins stratèges, les médecins seconde ligne, les médecins réservistes… et les autres (le fameux « on » hospitalier).

Tous les jours, les infectiologues donnent des informations des nouveaux hospitalisés, des patients en réanimation. Les patients commencent à mourir régulièrement… et beaucoup. Les intubations se font à tour de bras en réanimation.

L’amplitude et l’ampleur de cette infection est appréhendée par le corps médical.

Ça y est, on a compris que c’était grave. Nous sommes confrontés régulièrement à la mort. Celle programmée des patients atteints de cancer ou de maladie grave, celle impromptue des accidentés, celle tragique des enfants, mais nous ne nous sentons jamais impliqués dans notre chair dans ce processus. Nous accompagnons, avec empathie et recul nécessaire à une aide et à une prise en charge efficace et discrète, les défunts et familles.

Mais là, nous sommes en accès direct, avec une mort possible. L’anxiété est sourde, insidieuse et s’empare sournoisement de nous. Tout le corps soignant porte des masques. La protection comme les boucliers des combattants, les surblouses deviennent les armures : comme en guerre.

Médecins « chair à canon », seniors et chefs de service : à chacun son rôle

Les internes et les chefs de cliniques, jeunes et vigoureux, sont souvent en première ligne, désignés en temps de guerre comme « chair à canon ». En effet, il est dit que le virus n’atteint que peu les jeunes et sous forme non grave.

Les médecins seniors sont deuxième ligne, chez eux, ou encore les réservistes, en terme guerrier. On les entraine au télétravail, nouvelle arme de guerre efficace contre le virus. Toutefois, on ne change pas un médecin !

Les seniors veulent venir travailler, la fleur au fusil. Des discussions s’engagent entre générations.
Résultats : protégeons nos seniors. Merci merci merci !

Les chefs de services, fins stratèges, gardent les forces pour la 2ème vague. Si une bataille est perdue, la guerre peut être gagnée grâce aux renforts.

Le télétravail : un challenge de taille pour l’hôpital

Apparaît alors LE problème déjà connu, mais amplifié : le système informatique hospitalier.
En effet, la forte demande de télétravail, l’ouverture des différents postes en bureau virtuel est un vrai challenge pour les équipes informatiques des différents hôpitaux.

Depuis toujours, on a dit que les hôpitaux étaient ultra vulnérables, avec des infections virales informatiques. Donc, les équipes informatiques ont mis en place tout un système très compliqué pour avoir accès aux ordinateurs.
Voici qu’en 10 jours, tous les services demandent un accès informatique à tous les professionnels de santé travaillant à l’hôpital. Panique informatique !

La lutte contre les virus informatiques est en vue : un WEB-COVID à redouter ? L’infection virale est potentiellement autant informatique que physique ! Ça devient un casse-tête pour la direction des systèmes informatiques (DSI). Finalement, seuls les seniors médecins praticiens hospitaliers ont accès au télétravail. Encore une fois, on protège nos vieux !

Les internes se répartissent en présentiel, un sur deux.
Mais que fait l’interne qui reste à domicile ? En effet, certains n’ont pas d’écran, vivent dans des chambres étudiantes de 9 m², où se retrouvent avec leurs parents, eux-mêmes confinés… Alors, les stratèges chefs de service organisent la recherche clinique sur le COVID.

Appels à projets COVID-19

Effectivement, plusieurs appels à projets dédiés COVID-19 sont proposés. Le comité scientifique se réunit chaque lundi pour orienter harmoniser et mutualiser les initiatives de recherche. Les internes aident à remplir des bases de données. Vive la science !

C’est d’autant plus valorisant que la priorité est donnée aux études à impact immédiat. Et bien sûr, on va tenter des essais thérapeutiques curatifs et préventifs, des dépistages de masse, des expériences en laboratoire.

Restez chez vous !

La suite ici

Lire aussi :

Partager

No Comments

Add your comment