Guides Formation Blog INSCRIPTION CONNEXION

Chroniques : COVID-19, on t’aura ! – Où sont passés les patients ?

patients covid-19 absents urgences

Les services hospitaliers en net déséquilibre

Deuxième semaine d’avril
En dehors des services de réanimation et des salles de réveil, les services hospitaliers s’organisent. Toutes les consultations non urgentes ont été déprogrammées.

En fait, dans l’hôpital, il ne reste presque que des patients COVID +. Dans les services de cancérologie, des salles non infectées COVID sont bien séparées. Les patients reçoivent leur traitement et rentrent vite chez eux. Les traitements sont aménagés, optimisés.

Certains patients profitent même de la générosité des dons de restaurateurs pour les repas de midi. Il est vrai qu’eux aussi, subissent l’épidémie !

Il existe un certain déséquilibre entre les services hospitaliers. Pendant que les urgences, les réanimations, la radiologie ne comptent plus leur efforts, leur jours et les gardes et perdent la notion du temps, certains services sont en nette diminution d’activité.

Que font les services de chirurgie, de dermatologie, par exemple ? En effet, beaucoup de médecins et de personnel soignant dans les services de spécialités médicales ou chirurgicales sont au chômage technique, par manque de patients chroniques ou tout venant.

Beaucoup d’aide est apportée dans les services de réanimation, qui ont multiplié par 3, voire 5 leurs équipes. Les seniors et internes doublent les gardes aux urgences, à l’accueil COVID.

Et les autres ?
Les services se restructurent. C’est extraordinaire la rapidité avec laquelle une nouvelle organisation émerge ! Du temps soignant est libéré. Les médecins seniors proposent des formations aux plus jeunes sous forme de diaporama par visioconférence, partage d’écrans. Certains rentrent chez eux pour dormir se reposer ou être confiné… tout simplement comme tout le monde.

Une possible ruée aux urgences post COVID-19 ?

Une question se pose : où sont les patients qui faisaient la queue aux urgences, qui consultaient tous les services de spécialité, dont les rendez-vous étaient pris un an à l’avance ? Ne sont-ils plus malades ? Sont-ils en train de mourir chez eux ?

La téléconsultation n’est pas la solution à tout.
Les médecins spécialistes aménagent leur bureau pour appeler leurs patients en toute confidentialité, lire avec eux le résultat des examens biologiques, ré-envisager des rendez-vous.

Mais la pathologie d’urgence : appendicite, occlusion, rage de dents, abcès, coliques néphrétiques, etc. Que sont devenus les patients ? C’est le grand questionnement du personnel soignant. Devons-nous attendre une ruée aux urgences post COVID-19 ?

La première vague de COVID semble s’aplatir. Ouf.
Le personnel soignant est toujours dans l’anticipation, ce qui n’est pas de tout repos pour les nerfs car, très vite, voilà une crainte sourde qui resurgit : une vague n’est jamais seule, comme dans l’océan. Donc comment sera le retour de la vague ?

A suivre…

Lire aussi :

Partager

No Comments

Add your comment