marketing

Docndoc accompagne les territoires dans le recrutement de médecins

Une nouvelle étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a révélé qu’au 1er janvier 2022, 228 858 médecins installés exerçaient en libéral. Sur ce total, 99 941 sont des généralistes et 128 917, des spécialistes. Elle dresse également le bilan du nombre de médecins par département montrant ainsi une forte inégalité entre les territoires.

Afin de lutter contre ces disparités, Docndoc a choisi d’accompagner et d’apporter son expertise aux collectivités territoriales désireuses d’attirer et de recruter des professionnels de santé.

Des départements qui ont besoin de médecins

L’accès aux soins partout sur le territoire n’est pas évident pour tous. En effet, plus d’un français sur 10 habite dans un désert médical. La France dénombre en moyenne 151 médecins généralistes pour 100 000 habitants.

Avec seulement 103 généralistes et 73 spécialistes pour en environ 75 700 habitants, la Lozère se trouve être le département français le moins doté en praticiens. La Creuse se place en seconde position, comptabilisant 154 généralistes et 106 spécialistes. Le territoire de Belfort, la Haute-Marne et le Cantal viennent compléter ce malheureux top 5 des départements sous doutés, avec moins de 230 médecins généralistes.

À contrario, Paris semble être le territoire comptant le plus de praticiens avec 5 074 médecins généralistes et 13 909 spécialistes. Viennent ensuite, le Nord avec 4 246 généralistes, les départements du Rhône, de la Gironde et des Bouches-du-Rhône. Mais ne vous y trompez pas ! Nous avons tendance à croire que le manque de médecins n’existe pas dans les grandes agglomérations. Bien que Paris compte le plus grand nombre de praticiens, la région Ile-de-France et même des arrondissements parisiens sont concernés par la problématique. 

En mars 2022, l’URPS Médecins d’Ile-de-France a indiqué que 63% des Franciliens vivaient désormais dans des zones sous doutées

La ruralité intrigue les jeunes médecins thésés

Ce phénomène de désertification médicale n’est pas seulement dû au numerus clausus. D’autres paramètres sont également à prendre en compte. Aujourd’hui, être médecin généraliste n’est plus une vocation, c’est un métier ! La jeune génération aspire à une meilleure qualité de vie au travail.

Les jeunes thésés s’installent entre 28 et 32 ans. Certains sont encore célibataires et préfèrent vivre dans des zones urbaines ou périurbaines, d’autres ont une vie de famille et ou des enfants. Après dix ans d’études, ils désirent choisir où travailler. 

Ainsi, les plus jeunes restent remplacer quelques années dans des villes de taille moyenne qui proposent des facilités économiques, des commerces, de l’accessibilité et une qualité de vie. Par contre, les jeunes médecins en couple ou avec famille préfèrent s’installer dans des régions et départements dynamiques où les modes d’exercices sont variés, seul ou à plusieurs. 

Le développement des maisons de santé pluridisciplinaires dans les territoires sous dotés peut d’ailleurs être une réponse à ce choix.

Le milieu rural intrigue et parfois attire les jeunes médecins en quête de grands espaces. Le remplacement est un bon compromis pour tester cette activité différente du milieu urbain.

Enfin, les jeunes médecins remplaçants, thésés généralistes semblent privilégier un mode d’exercice mixte, combinant salariat et libéral. Le salariat exclusif paraît être choisi par les femmes dans la première partie de leur exercice.

Miser sur la qualité de vie des territoires endormis

Chez Docndoc, nous n’aimons pas vraiment l’expression « déserts médicaux », nous préférons « territoires endormis ». Et si justement ces territoires étaient des oasis ? 

Depuis quelques mois, nous accompagnons les collectivités territoriales qui rencontrent des difficultés à recruter des professionnels de santé, médecins généralistes et spécialistes. Par manque de moyens, de savoir-faire ou de visibilité, nous avons constaté que nombreux territoires sont timides et peu entraînés à communiquer sur leur situation.

Grâce à notre plateforme Doncdoc, nous proposons aux collectivités d’être visibles auprès de nos candidats et de les séduire avec un profil attractif basé sur les richesses et la qualité de vie du territoire. Il est essentiel de montrer aux candidats souhaitant réaliser des remplacements ou désireux de s’installer qu’ils ont l’opportunité de trouver un cadre de vie exceptionnel et une qualité de vie au travail.

Outre les aides de l’ARS ou de l’état, les collectivités sont également prêtes à apporter une aide dans la recherche d’un hébergement, d’une école pour les enfants ou d’un emploi pour les conjoints.

Jouer sur l’attractivité territoriale pour attirer les médecins

Le prix de l’immobilier en région est beaucoup plus attractif que dans les grandes agglomérations. L’accès à l’immobilier est un argument fard prouvant aux jeunes médecins qu’ils peuvent s’offrir le logement de leur rêve. Nous mettons également en lumière les avantages d’une vie proche de la nature où les activités sportives, la tranquillité et l’air pur sont le quotidien. Il se passe des choses dans ces territoires ! 

Des festivals, une vie associative parfois méconnue, des équipements culturels et sportifs, un tissu économique dynamique, des commerces de proximité, un accès à internet pour le télétravail du conjoint… Bien que parfois « isolés », une gare n’est jamais très loin, la voiture reste naturellement indispensable. 

Le département du Tarn recrute des médecins généralistes et des spécialistes

Docndoc accompagne le Tarn dans son projet de recrutement de praticiens. Situé en région Occitanie, le Tarn est un département est un territoire à dimension humaine animé par des réseaux de santé variés et structurés : maisons de santé pluridisciplinaires, centres hospitaliers, cabinets médicaux, polycliniques… 

Ce territoire compte 400 000 habitants et deux grandes agglomérations bien connues, Albi et Castres ainsi que des bourgs importants comme Cordes-sur-Ciel, Gaillac, Lacaune-les-Bains, Graulhet, Mazamet ou encore Alban. Il s’agit d’un département attractif qui gagne chaque année 2 000 habitants, avec une espérance de vie de 86 ans pour les femmes et 80 ans pour les hommes.

Grâce à un dispositif d’aides, le département est prêt à accueillir et à accompagner les médecins dans leur projet professionnel et ainsi contribuer à la vie dont ils ont envie.

Cordes-sur-Ciel, Tarn
Au marché de Gaillac, Tarn
Concert dans le vignoble, domaine des Cinq Peyres, Tarn

Laissez-vous tenter, remplacez dans le département du Tarn !

Le Tarn c’est la destination qui fait du bien ! Les 5 principales raisons de venir découvrir le territoire et ses habitants : les paysages variés, l’accueil chaleureux des tarnais, la gastronomie locale, le patrimoine classé et riche d’histoires, la douceur de vivre…

Vous souhaitez réaliser des remplacements ou vous installer dans le Tarn ? Découvrez les postes à pourvoir sur ce territoire en accédant à notre plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.