Docndoc

Chroniques : COVID-19, on t’aura ! – Le confinement au temps du printemps

Le danger du printemps qui chasse le cafard des foyers

Début avril : coup de gueule !

Les jours se ressemblent.

On s’organise de mieux en mieux à l’hôpital et on arrive à se libérer un peu de temps.

Les équipes se relaient avec dextérité. Aurions nous mis en place « une routine » ? En moins de 3 semaines ?

Dehors, il fait beau et les rues se remplissent, progressivement mais de façon indéniable.
Quel est ce climat d’insouciance qui ressurgit ? Une chanson de Aznavour dit que « Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil ». Est-ce le beau temps qui enlève les préoccupations dans la tête des gens ?

Les lilas sont en fleurs, partout sur les réseaux sociaux les amis nous envoient la rosée du matin, les fleurs qui poussent et les pommiers en fleurs, les fleurs de leur jardin, les premières tulipes des balcons.

Un faux air de « tout va bien »

Avez-vous oublié le COVID ? Avez-vous oublié le respect des consignes de confinement ?
Quel est le vrai sens des applaudissements de 20 heures alors ?

Tous les hôpitaux d’Île-de-France sont surchargés, ont poussé les murs des salles de réveil, les services de réanimation sont en branle-bas de combat. Les équipes travaillent en 24h.

Le teint blafard des soignants ne semble plus suffire à la population pour rester chez eux.
Seriez-vous habitués au décompte macabre des morts journaliers ?
Seriez-vous habitués au décompte macabre des gens contaminés ?

Pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de la démarche de sortie alors : et aller visiter les personnes âgées dans les EHPAD, but d’une balade sous le soleil ?

Les réorganisations quotidiennes des différents groupements hospitaliers territoriaux ne sont-ils pas suffisants pour sensibiliser la population à rester chez elle ?

Le succès du confinement ne tient qu’au respect des règles

Ce qu’il va se passer, malheureusement pour tous, est l’allongement du confinement jusqu’à cet été…

Faut-il passer par des menaces de mort, des reportages horribles sur une immersion en réanimation, par des informations télévisuelles 24/24 pour comprendre qu’il faut rester chez soi ?

Mais que faut-il faire ?
Désespoir …

La suite ici

No Comments

Add your comment