téléconsultation

E-santé : qui sont les adeptes de la téléconsultation en 2021

Depuis le premier confinement en 2020, la pratique de la télémédecine a explosé. La période de pandémie de Covid-19 a véritablement bouleversé les habitudes en matière de consultation médicale des généralistes et des spécialistes. En 2021, plus de 6 millions de patients ont eu recours au moins une fois à une téléconsultation. La télémédecine présente bien des avantages tant pour les professionnels de santé que pour les patients.

Quel est le profil du patient téléconsulteur ? Quels sont les médecins qui ont adopté la téléconsultation ? Docndoc revient sur les chiffres de la téléconsultation en 2021.

Pourquoi la téléconsultation a-t-elle autant de succès ?

« La téléconsultation est une consultation à distance entre un professionnel médical (un médecin, une sage-femme) et son patient via l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Il est recommandé par la HAS que les téléconsultations soient réalisées par vidéotransmission. » Source : Haute Autorité de Santé.

La première raison du succès de la téléconsultation s’est révélée pendant la crise du Covid-19. En effet, elle a permis de limiter les risques de contamination et de proposer une prise en charge des patients malgré le confinement. C’est souvent plus rapide d’obtenir un rendez-vous ! La téléconsultation est aussi un outil qui :

  • Facilite l’accès aux soins pour les patients isolés et/ou confrontés aux problèmes de mobilité ;
  • Donne la possibilité de consulter un médecin spécialiste dans les zones sous doutées ;
  • Désengorge les urgences des hôpitaux et les salles d’attente des cabinets ;
  • Améliore le suivi des patients victimes de pathologies chroniques.

En somme, la pandémie du Covid-19 a accéléré la pratique de la téléconsultation. En découle aujourd’hui, une prise de conscience de cet outil de la E-santé qui permet de répondre à l’enjeu clé de l’amélioration de l’organisation du système de santé. La lutte contre les déserts médicaux et l’amélioration du parcours de soins des Français sont les principaux résultats encourageants.

>>> Lire l’article : La téléconsultation : usages et mésusages

Quel est le profil du téléconsulteur ?

Tous les types de patients peuvent avoir accès à la téléconsultation, quel que soit l’âge, la pathologie ou le lieu de résidence. C’est au médecin d’évaluer la pertinence de la téléconsultation en fonction de la pathologie du patient, de la disponibilité des données de ce dernier et de sa capacité à communiquer à distance. Le patient doit donner son consentement.

Sur l’année 2021, 6 249 628 patients ont téléconsulté au moins une fois :

  • 60 % de femmes tous âges confondus
  • 13% de jeunes, âgés de 20 à 39 ans, issus des zones urbaines à plus forte densité médicale sont les plus consommateurs,
  • 10,2% les patients de  40-59 ans
  •  8,2% les patients de plus de 60 ans

Paris (15,99%), le Bas-Rhin (15,90%) et les Hauts-de-Seine (14,50%) sont les départements qui comptent le plus de patients adeptes de la télémédecine.

À l’inverse, parmi les départements qui téléconsultent le moins, on retrouve des territoires plus ruraux : Aisne, Ariège, Orne.

89% des téléconsultations étaient réalisées dans le cadre du parcours de soins en 2020 et en 2021, un chiffre en augmentation de 10 points par rapport à 2019. La téléconsultation peut être remboursée par la sécurité sociale au même tarif qu’une consultation classique.

Et du côté des professionnels de santé ?

« Tout médecin peut vous proposer une téléconsultation, quel que soit sa spécialité, son secteur d’exercice ou son lieu d’exercice, en ville ou en établissement de santé (cabinet de ville, maison de santé pluriprofessionnelle, centre de santé, Ehpad, hôpital, clinique…). Elle peut être réalisée partout en France métropolitaine et dans les départements et régions d’outre-mer (Drom) ainsi qu’à Mayotte. » Source : ameli.fr

En 2021, les psychiatres sont les premiers à avoir recours à la téléconsultation. Près de 64% des psychiatres ont permis la continuité des soins pour leur patients en particulier durant la période anxiogène de la pandémie La téléconsultation a permis d’éviter une rupture de suivi. Les psychiatres ne font pas d’examen clinique. Une consultation sur 5 se réalise actuellement à distance.

La téléconsultation, comme toute activité médicale, doit être réalisée dans des conditions qui garantissent la qualité et la sécurité des soins. Elle doit respecter :

  • Les conditions d’exercice, la déontologie, les standards de pratiques
  • Le consentement du patient recueilli par le professionnel de santé avant tout acte
  • l’obligation pour les outils numériques d’être conformes aux cadres juridiques applicables aux données de santé.

Bien que la psychiatrie générale soit la spécialité ayant le plus recours à la téléconsultation, c’est la médecine générale qui enregistre le plus gros volume. La médecine générale comptabilise 36 758 téléconsulteurs contre 2 914 pour la psychiatrie.

Enfin, il est intéressant de savoir que plus de 50 % des téléconsultations en allergologie et en dermatologie donnent lieu à une délivrance de médicaments en pharmacie.  

Les médecins et les sages-femmes conventionnés ne peuvent pas réaliser plus de 20% de leur volume d’activité globale conventionné à distance (téléconsultation et téléexpertise compris) sur une année civile.

Sources : le Health Data hub, le Quotidien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.